samedi 15 septembre 2012

L'autre, funeste miroir

L'enfermement. A deux. Le calvaire.
La Prison de craie est un lieu où non content d'enfermer les coupables, on les enferme à deux. A deux et totalement nus, débarrassés de leurs vêtements, mais aussi de tous autres attributs. Ni miroir, ni crayon, ni écrit, rien dans les cellules. L'autre devient son reflet, l'autre devient l'objet de toutes les haines ou de toutes les convoitises.
L'enferment et l'insupportable promiscuité, l'image de ces corps nus couverts de la poussière blanche des murs de craies, les défis nécessaires pour se prouver qu'ils existent, soulignent l'absurdité de l'emprisonnement. 
L'envers du monde, l'envers de l'humanité, l'enfermement.


Prison de craie, Jean Serrano, éditions De Borée


1 commentaire:

  1. ben t'as la pêche ou quoi pour lire des trucs pareils !! brr

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...